La biscuiterie Rault à Mahébourg

La seule biscuiterie de manioc du continent africain se trouve à l'île Maurice

La biscuiterie Rault à Ville Noire (Mahébourg) aussi appelée la fabrique de biscuits manioc ne figure pas parmi les visites au programme des tours-opérateurs.

Et pourtant, si vous saviez.... Cette visite vous plonge en immersion dans l'histoire de Maurice, et dans ce que fut le quotidien des Mauriciens ce dernier siècle.

La fabrication artisanale mais très appliquée de tous ces biscuits saura vous émouvoir grâce à un mélange d'images porteuses de tradition, d'odeurs de gâteaux au four et de gestes séculaires reproduits avec le même amour depuis l'origine de la biscuiterie.

 

Rien n'a changé depuis qu'Hilarion, le cadet de le famille Rault débarqué de Bretagne mît au point la formule du biscuit manioc en 1868.

Encouragé par l'accueil que lui réservèrent famille, amis et entourage, il fonda la biscuiterie en 1870 et l'île Maurice découvrit les fameux biscuits.

La petite industrie familiale fut d'une grande aide à la population mauricienne pendant la première guerre mondiale car les denrées alimentaires n'arrivaient que très rarement sur l'île. Une majorité de Mauriciens, consommateurs de biscuits durant cette période poussèrent la biscuiterie à employer plus de cent personnes pour la préparation et la cuisson des biscuits, sans compter les emplois annexes générés : producteurs et exploitants de manioc ainsi que les fournisseurs de combustibles.

Hélas en 1960, le cyclone Carol détruisit une bonne partie de l’île Maurice et aussi de la biscuiterie. Le cyclone Gervaise qui suivit en 1975 provoqua d'immenses dégâts à l'agriculture et la fourniture de manioc devint problématique. Les années furent difficiles et la biscuiterie dut se plier au chômage technique.

Thérèse

Thérèse, jusqu'à ses 99 ans était toujours présente. Elle nous a quitté au mois de décembre 2011. Son fils Serge et son petit fils, mènent aux destinées de la biscuiterie qui vient d’être distinguée par une inscription au National Heritage Fund, l'équivalent mauricien des monuments historiques.

La visite commence par la pesée du manioc sur une balance H.Pooley & Sons à Liverpool que se disputeraient bien des antiquaires. Elle date de 1839, avant la fondation de la biscuiterie, et remplit encore son rôle à merveille.

Une laveuse-éplucheuse, de fabrication maison, entame le processus de transformation et transforme le manioc en chair blanche qui est ensuite râpée puis réduite en poudre, compressée pour en extraire l'eau, et enfin broyée pour devenir farine.

La farine est tamisée manuellement et en observant l'opération, on ne peut s'empêcher de penser à la chanson de Claude Nougaro «Rien n'est plus beau que les mains d'une femme dans la farine»

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Puis vient le moment de mélanger la farine aux autres ingrédients qui donneront le parfum au biscuit, juste avant que celle-ci soit étalée sur la première plaque du four qui va la saisir dans des moules rectangulaires qui sont régulièrement retournés.Le feu toujours approvisionné par des feuilles de cannes à sucre monte jusqu’à 200°C. Il faut assurer une cuisson pendant 30 minutes pour produire les biscuits.

Quelques minutes après, une fois refroidis à l’air libre, le processus s'achève par l'emballage manuel, soigneux, rapide et expert de 40 biscuits manioc par boîte.

La production de la Biscuiterie Rault peut tourner autour de 1000 boîtes par jour en période de pointe mais réalise toujours un minimum de 300 boîtes, soit 12 000 biscuits tous les jours.

Il est fabriqué des biscuits dans deux ou trois saveurs différentes sur les 7 existantes (coco, mais vanillé, chocolat, anis, cannelle, lait et beurre) tous les jours. Il existe également deux sortes de galettes (coco et sésame)

Les plants de manioc cultivés sur le site sont récoltés à maturité (entre 12 et 15 mois) On les coupe dès qu'ils atteignent 2 mètres et on se sait jamais si le nombre de tubercules sera important ou pas, c'est la surprise.

Vous pourrez également lors de votre visite découvrir un curieux appareil, très rare, une pompe fonctionnant sans autre énergie que celle de la pression de l'eau : le bélier hydraulique inventé par Montgolfier.

Tarif :

Avec dégustation : adulte 175 roupies  enfant 125 roupies

Sans dégustation : adulte 140 roupies  enfant 100 roupies

La biscuiterie est ouverte du lundi au vendredi de 9 heures à 15 heures